systemes_cupules.jpg (7148 octets)
Matériel Nicot

Bien,  vous avez suivi nos conseils, vous avez placé à la tête de votre cheptel, quatre ou cinq colonies dites indifféremment "sélectionnées", "élites" ou "souches". La suite logique est maintenant de multiplier ces lignées par élevage. Les opérations qui vont suivre paraîtront particulièrement fastidieuses au néophyte mais il faut se rappeler que l'apiculteur reste par contre tout de même privilégié par rapport à un éleveur bovin, par exemple. En effet, si ce dernier désire améliorer son cheptel (plus de lait ou plus de viande), il doit changer ses animaux; en apiculture il suffit de changer la fonction ovarienne de la colonie (à savoir la reine) et non la colonie toute entière.

La moitié des colonies sélectionnées servira de matériel de base pour produire des reines vierges, l'autre moitié sera dédiée à multiplier des ruches "à mâles" pour la station de fécondations.

Comment faire produire des reines à une colonie ? Sans l'intervention de l'homme, il existe trois moment où cela se réalise naturellement :

1) quand il y a essaimage.
Des cellules dites d'essaimage
(5 à 40 suivant les races)
sont élaborées à la périphérie du couvain
cellule_essaimage.jpg (8678 octets)
cellules_sauvete.jpg (8704 octets)

2) quand la vieille reine meurt.
Des cellules dites de sauveté apparaissent
au centre du couvain

3) quand il y a changement d'une vieille
reine (phénomène de la supercédure)
anecbalie.jpg (7277 octets)

Nous ne pouvons évidemment pas attendre qu'un des ces événements s'accomplisse pour enfin obtenir des reines. Il va nous falloir provoquer artificiellement un de ces cas de figure pour arriver à nos fins. En fait, nous allons en provoquer deux successivement. Le premier jour de l'élevage, nous allons simuler l'orphelinage et les jours suivants l'essaimage. Il nous faudra une colonie sans reine de démarrage, communément appelée "starter" pour la première étape, et une colonie d'élevage, communément appelée "finisseuse" pour la seconde étape. Deux types de starters existent :

  1. le starter temporaire : ruchette de quatre ou cinq cadres (couvain fermé + abeilles sans reine, pollen, miel, eau), entrée fermée, plateau de fond entièrement grillagé. Il ne convient que pour de petites séries successives d'élevage; il faut en effet les démonter rapidement à cause du vieillissement des ouvrières (elles produisent alors moins de gelée royale);

  2. le starter permanent : ruche à entrée ouverte, fortement peuplée, cadres de couvain fermé, pas de reine. Les ouvrières peuvent ramener du nectar et du pollen frais. Il faut apporter régulièrement des cadres de couvain fermé, dit aussi "mûr", pour assurer le renouvellement en jeunes abeilles de la colonie. Ce starter est le plus pratique, le plus efficace et peut se transformer facilement en forte colonie à la fin de la saison d'élevage.

punaise.gif (183 octets)CONSTITUTION D'UN STARTER PERMANENT :

  1. choisir une colonie forte et saine (voir Pathologies)
  2. sortir la moitié des cadres de couvain, avec abeilles et sans reine (il faut bien prendre son temps pour vérifier ce dernier point) et les remplacer par des cadres cirés ou bâtis vides;
  3. poser, par dessus le corps, une grille à reine, puis par dessus encore un autre corps dans lequel les cadres mis de côté seront introduits, compléter avec des cadres de pollen et de miel moins un (il faut laisser de la place pour le futur cadre d'élevage porte cupules);
  4. laisser tranquille pendant huit jours. Cela permettra d'avoir un corps supérieur avec des cadres de couvain n'ayant pas reçu de ponte depuis une semaine, la construction de cellules royales naturelles sera ainsi impossible;
  5. revenir donc au bout de huit jours, en pleine journée quand les vieilles butineuses sont aux champs, enfumer, voire tapoter avec modération pour faire monter un maximum de nourrices, retirer le corps supérieur, le doter d'un plateau de fond, d'un couvre cadre et d'un toit, le fermer, le transporter au frais, le placer le soir, trou de vol ouvert, dans le rucher d'élevage (ce dernier a tout intérêt à être situé prés du domicile : les opérations y sont fréquentes).

Ce starter sera approvisionné par un ou deux cadres de couvain fermé tous les huit jours. Le nec plus ultra en la matière est de posséder, à côté de lui, une ruche forte que l'on appellera "ruche pourvoyeuse de cadres de couvain mûr" et de pratiquer la triangulation, voir schéma sur page séparée. Un bon starter pourrait se définir comme une véritable "fontaine d'abeilles" lorsque le couvre-cadre est soulevé. L'organisation intérieure des cadres nous est explicitée par le schéma ci-dessous :

starter schema.gif (15599 octets)

STARTER

Légendes :
  1. cadres de miel
  2. cadres de pollen
  3. cadres de couvain âgé
  4. cadres de couvain "mûr"
  5. cadre porte-cupules
prise_larve.jpg (6781 octets) < Prendre la larve par le dessous ...   et la reposer dans la même position dans la cupule en plastique

Depuis les ruches sélectionnées, qu'on aura pris soin de rapatrier aussi, pour plus de commodités, dans le rucher d'élevage, il sera prélevé à la demande, puis rendus, des cadres remplis de jeune couvain. Ces cadres seront transportés dans un local chaud et humide pour effectuer ce que l'on nomme à tort le "greffage" des larves.

Les larves à choisir sont translucides, en forme
de croissant ouvert et à peine visible >

En fait, il s'agit plutôt d'un transfert des larves d'ouvrières âgées de 0 et 36 heures (voir évolution larvaire), à l'aide d'un "picking", de leurs cellules originelles jusqu'à des cellules royales artificielles, appelées aussi "cupules".

choix_larves_1.jpg (9068 octets)
cellule_nicot.jpg (3321 octets)
Matériel Nicot
Ces dernières peuvent être en cire ou en plastique. Aussi bizarroïde qu'étrangeoïdal cela puisse paraître, les cupules en plastique sont mieux acceptées que celles en cire !? Pour augmenter encore le taux d'acceptation, il est recommandé de "familiariser" les cupules vides, c'est-à-dire de les mettre en présence d'abeilles pendant quelques heures, le choix de la colonie n'a aucune importance. Le greffage peut tout aussi bien se faire à sec ou avec de la gelée royale au fond des cupules. Les cupules doivent pouvoir se fixer et être changées de place facilement, et aussi être coiffées éventuellement de cages d'éclosion.
Dans ce domaine, le matériel Nicot est ce qui se fait de mieux dans le monde. Il a l'avantage non négligeable d'être très bon marché; inutile donc d'aller chercher ailleurs ou de bricoler des assemblages boiteux. cadre_nicot.jpg (9547 octets)
Matériel Nicot

Le cadre d'élevage, ainsi pourvu de jeunes larves, est "amorcé" par les jeunes ouvrières du starter : dépôt de gelée royale au fond de chaque cellule. Il est retiré vingt quatre heures après. Quatre-vingt pour cent d'acceptation est un chiffre à atteindre. Les cellules sont réorganisées en fonction des trous laissés par les ratées. Le cadre est aussitôt introduit, sans ses abeilles, dans la ruche finisseuse.

Cette dernière peut-être horizontale ou verticale. Le système le plus simple, vertical, est décrit grâce au schéma ci-dessous :

eleveuse_schema.gif (28678 octets)

ELEVEUSE VERTICALE
(ou finisseuse ou "finisher")

Légendes :
  1. corps supérieur éleveur
  2. grille à reine
  3. corps inférieur contenant une reine
  1. cadres de miel
  2. cadres de pollen
  3. cadres de couvain âgé
  4. cadres de couvain "mûr"
  5. cadre porte-cupules

Comme pour le starter, cette colonie doit regorger d'abeilles et être pourvue de cadres de couvain fermé dans son compartiment supérieur, pour attirer les nourrices. Une autre ruche pourvoyeuse de cadres de couvain fermé peut être constituée à cette fin.

Le cadre d'élevage reste neuf à dix jours dans la finisseuse. Si la production de reines implique plusieurs éleveuses, il sera nécessaire de tenir sérieusement un planning tout simple, sous peine de commettre des erreurs de calendrier graves.

Cliquez ici pour obtenir un exemple de tableau,
les légendes se suffisent à elles-mêmes
Planning d'élevage

L'inspection des cellules doit se faire avec beaucoup de soin, surtout au stade "début operculation" : il ne faut pas retourner ou choquer les jeunes nymphes.

Si le temps est très chaud (raccourcissement du stade larvaire) ou si la disponibilité de l'apiculteur, dix jours après, est incertaine, il est prudent de poser des cagettes d'éclosion autour de chaque cellule, voir photo ci-dessus.

Toute notre patience est récompensée, nous avons maintenant un lot de cellules mures ou de reines vierges justes nées. Que faut-il en faire ? Cliquez sur "Fécondations" dans le menu de gauche


Réalisation : Gilles RATIA
Mise à jour : 11/01/99
APISERVICES - Copyright © 1995-2000
Haut de la page Haut de la page