Galerie Virtuelle Apicole Galerie Virtuelle Apicole
Accueil SPMF
Secteurs concernés SAPMP
do.gif (159 octets) Dossier "Abeilles et Produits Phytosanitaires"
Conseil Le contexte de l'enquête épidémiologique réalisée par le CNEVA
Premier chapitre Premier chapitre
Chapitre précédent Chapitre précédent
Dossier 13 sur 15
Chapitre suivant Next / Suivant
Dernier chapitre Last / Dernier

Le contexte de l'enquête épidémiologique réalisée par le CNEVA en 1998/1999 en Charente et Charente Maritime
Joël Schiro

Suite 

Depuis 1981 et la contestation par les apiculteurs de " l'innocuité " de la plupart des Pyréthroïdes sur abeilles, (non seulement les traitement pleine fleurs, mais aussi, compte tenu de la rémanence de 2 à 4 semaines, les épandages avant floraison), il ne se passe pas une année, sans que, ici ou là, il n'y ait " une affaire abeilles ".
Ainsi, bien avant l'affaire " Gaucho/ tournesol " en Vendée, mais après les fruitiers en vallée de Loire, les vignes en Alsace, les lavandes en Provence, en passant par les colzas en région Lyonnaise ou les porte graines dans le Lauragais, les années 1993/95 ont été marquées par les protestations des apiculteurs de Charente (16), qui se plaignaient de la disparition de leurs butineuses au début du mois de Juillet.

Pour une fois, on pouvait disposer de quelques éléments exploitables.

  1. Les dépopulations étaient clairement circonscrites sur une zone bien déterminée : le secteur de Ruffec, entre le premier et le 15 juillet, à l'époque des traitements aériens contre la Pyrale du maïs, réalisés selon les cas, avec les spécialités commerciales et aux doses suivantes : - " PERTHRINE MG " 25KGS/HA, - " KARATE " 0,25L/HA+HUILE " SEPPIC " 2,75L/HA, - " DECIS MG2 " à 25KGS/HA
  2. Les apiculteurs accusaient surtout, " LA PERTHRINE ". (MA. Perméthrine).
  3. Quelques résultats d'analyses (1994) indiquaient la présence de " perméthrine ", " fluvalinate " ainsi que " lambdacyhalothrine " dans les abeilles mortes. Cas rarissime, il a été retrouvé des résidus de perméthrine et lambdacyhalothrine dans du miel de tournesol, au demeurant fortement marqué par des miellées annexes, miellats et toutes fleurs divers.

Contrairement à une idée communément répandue, la mise en œuvre en Mars 1998 de l'enquête Charente, à laquelle le SPMF a financièrement participé, n'a rien à voir avec l'affaire Gaucho. Cette pure coïncidence tient uniquement aux délais de financement et mise en place (100 ruches expérimentales réparties en 20 ruchers appartenant à une douzaine d'apiculteurs différents, sur 2 département et un périmètre de 360 Kms). C'est la plus vaste enquête apicole qui ait jamais été réalisée en France à ce jour. Il convient de signaler que, entre temps, les apiculteurs locaux étaient intervenus auprès des coopératives et sociétés de traitements par hélicoptère pour faire remplacer " la PERTRHINE MG " par " KARATE " (lambdacyhalothrine), qui, à leurs yeux, provoquait moins d'empoisonnement d'abeilles. Ainsi, quatre ans après, bien que supportant des moyennes de récolte à la ruche nettement inférieures aux années 80, ils témoignaient de pertes de butineuses bien moindres que ce qu'ils avaient vécu dans les années 1992/95. 

Nous ne connaissons pas les conclusions de l'expérimentation scientifique qui n'ont pas encore été publiées. Par contre, sur le plan apicole, les résultats, au demeurant sans surprises, sont connus. 

  1. Il n'y a pas eu d'intoxications massives, mais, comme partout ailleurs en zone de cultures depuis 20 ans, une succession de " mini problèmes ", surtout de mai à Juillet : faibles mortalités à certains moments, dépopulations plus ou moins marquées à d'autres.
  2. La " zone de Ruffec ", à l'origine des troubles et initialement sous productrice en miel de tournesol, s'avère, dans le cadre de l'enquête et sur le seul critère apicole de récolte à la ruche, plutôt moyenne, voire surproductrice.
  3. Comme partout ailleurs en zone de cultures les récoltes ont été très irrégulières : de 13 à 30 kgs de moyenne par rucher pour le colza, de 8 à 53 kgs pour le tournesol.
  4. Globalement, les pertes sont énormes. Prés de 20% à la sortie de l'hivernage, et 30% à la fin de l'expérience. Toutefois, certains ruchers ont conservé toutes leurs colonies (perte 0%) alors que sur d'autres il n'est resté qu'une ou deux ruches vivantes. (Perte 80%).

Tous les techniciens, pourront confirmer qu'il n'y a rien là de très nouveau. N'importe quel apiculteur évoluant en zone de culture industrielle, peut, depuis très longtemps et tous les ans, faire hélas, les mêmes constatations.

Il serait étonnant que, compte tenu de l'inefficacité scientifiquement démontrée des analyses de résidus sur abeilles (voir §5) une explication simple, claire, incontestable et rationnelle soit fournie à ces anomalies. Il n'en reste pas moins que cette étude est considérable et que les travaux à venir devront en tenir compte. Peut être la décision politique et les moyens financiers seront-ils un jour débloqués pour, enfin, mettre au point la technique indispensable au diagnostic d'intoxication sur le terrain, soit à partir de l'analyse des abeilles mortes, soit par toute autre méthode.


Envie de réagir ? Forum Intoxication ou Forum Syndicalisme apicole


post_it.gif (274 octets) S.A.P.M.P.
S
yndicat des des Apiculteurs de Professionnels de Midi Pyrénées

Délégation Régionale Midi Pyrénées du SPMF

PRESIDENT

M. Joël Schiro
2 impasse du Bois
65350 Boulin - France
Tel : +33 (0)5.62.33.23.53
Fax : +33 (0)5.62.33.23.83
E-mail : jschiro@adour-bureau.fr

TRESORIERE

Mme Sylvie Sinde
Faget Abbatial
32450 Saramon - France
Tel : +33 (0)5.62.65.41.73
Fax : +33 (0)5.62.65.41.73
E-mail : Sylvie.Sinde@wanadoo.fr


Réalisation : Gilles RATIA
Mise à jour : 03/04/02
APISERVICES - Copyright © 1995-2003
Haut de la page Haut de la page